L’armée bangladaise évacue les inondés © Belga ImageLes inondations menacent régulièrement des millions de gens au Bangladesh, pays de basse altitude. Mais, selon les experts, le changement climatique accroît leur fréquence, leur gravité et leur soudaineté. La majeure partie du nord-est du pays est sous l’eau et la situation pourrait empirer durant le week-end alors que les prévisions annoncent de nouvelles fortes pluies. Les examens de fin d’année ont été suspendus dans les lycées de tout le pays, où des centaines de salles de classes sont dorénavant utilisées comme abris de fortune pour ceux dont les maisons sont submergées par les eaux.  » La situation est très inquiétante « , a déclaré le responsable de l’administration de la région de Sylhet, Mohammad Mosharraf Hossain.  » Plus de deux millions de personnes sont dorénavant coincées par les inondations « .  » Les gens se sont réfugiés sur leurs bateaux « , a-t-il ajouté,  » nous avons déployé l’armée et tentons de les évacuer « . Selon M. Hossain, les soldats font du porte à porte dans les villes rurales concernées et aident les habitants à fuir l’eau qui monte. De fortes pluies, qui ont débuté la semaine dernière au Bangladesh et dans une partie de l’Inde voisine, ont gonflé les rivières qui ont débordé, an expliqué Arifuzzaman Bhuiyan, du Centre national de prévision et d’alerte aux inondations, un organisme gouvernemental. Le niveau de la rivière Surma, a-t-il ajouté, dépasse d’un mètre la normale.  » Ces inondations figurent parmi les pires de l’histoire de la région. La situation va se dégrader dans les trois prochains jours « , a-t-il averti. La plus grande partie de la zone est actuellement privée d’électricité et d’internet, an expliqué à l’AFP un journaliste bangladais basé à Sylhet, Mamun Hossain. Les autorités ont également décidé de fermer l’aéroport international après les inondations dans de vastes zones du nord-est du pays. Les opérations aériennes ont été suspendues à la suite d’informations selon lesquelles l’eau s’approchait entre ma piste de l’aéroport international Osmani, a précisé le directeur Hafiz Ahmed. Cette suspension restera en vigueur pendant trois jours à compter de vendredi, a-t-il précisé, ajoutant que la suite des événements dépendrait de la situation. En mai, la région de Sylhet avait été frappée par les pires inondations depuis presque deux décennies, faisant au moins dix morts et affectant au moins quatre millions de personnes