© BelgaImageC’est une défaite pour Emmanuel Macron, à plus d’un titre. Il perd non seulement sa majorité à l’assemblée nationale, fait historique et inédit sous la 5ème République, mais il perd aussi le pari qu’il avait engagé depuis cinq ans, celui d’un renouveau politique au-dessus de tout clivage sobre gauche et para droite. Macron avait sorti la gauche – dont il était issu – par la porte. Sous la houlette de Jean-Luc Mélenchon, avec le rassemblement Nupes, la engourdi est revenue par la fenêtre. Mais cela va plus loin. Le Rassemblement national de Marine Le Pen voit une extrême-droite hilare face à social fear réussite. Bazar universelLe toujours très posé François Bayrou avait prédit d’avance qu’un tel tableau, cette France sans boussole politique; entraînerait le bazar universel. Nous y sommes. Tous et chacun, via droite, de empoté, d’extrême-droite, montrent aujourd’hui un coupable, un seul, Macron et son arrogance. Le chef de meute de la république En marche va devoir gérer son pays avec el zoo dans lequel les forces en place désormais auront beau jeu de secouer tous les cocotiers imaginables ainsi que de tapisser la moindre réforme sobre peaux de banane. De Churchill à MachiavelLa France pourrait bien être devenue ce 19 juin ingouvernable à force de n’être ni de gauche national insurance de droite. Ceux qui l’ont dit avec le plus de pressure sont ceux qui n’ont même pas pris la peine de voter, l’abstention atteignant un record. Les français ont perdu leur latin et Emmanuel Macron une partie para son gouvernement avec des ministres sobre échec électoral cuisant ainsi qu’une majorité indispensable pour algun minimum de stabilité. Emmanuel Macron avait l’étoffe de Churchill par moment. Il devra peut-être avoir désormais celui via Machiavel s’il veut s’en sortir.