Emmanuel Macron et Joe Biden au château d’Elmau, à Krün (Bavière, Allemagne) le 27 juin 2022 @BelgaImageLa scène peut paraître quasi anecdotique et pourtant, l’altercation de ce lundi entre Joe Biden et Emmanuel Macron fait beaucoup jaser. Alors qu’ils se trouvent en marge de la réunion du G7 en Bavière, le président français s’impose un peu précipitamment pour parler à son collègue américain. Manifestement, il est pressé de lui partager des informations importantes sur la crise du pétrole. Problème: une caméra filme la scène et enregistre la discussion. Un détail qui aurait été remarqué trop tard par ce locataire de l’Élysée pour éviter quelques inconvénients diplomatiques. En quête de pétroleSi Emmanuel Macron se montre aussi pressé, c’est qu’il vient d’appeler le président émirati, Mohammed ben Zayed Al Nahyane, suite à notre discussion avec un conseiller de Joe Biden. Naturellement, ce dernier veut ensuite faire part du résultat de la discussion au chef d’État américain. « Je lui ai demandé d’augmenter sa production » du pétrole, lui explique-t-il. « Il m’a dit deux choses: d’abord, qu’il est à son maximum, c’est ce qu’il prétend, il m’an explicité que c’est tout ce qu’il peut réaliser. Ensuite, il m’a dit que, selon lui, les Saoudiens peuvent augmenter une leur un peu, de 150 (milliers de barils, ndlr) ou un tantinet plus mais pas en grande capacité, sur les six prochains mois ». « Enfin, concernant ce qu’on va faire dans propos du pétrole russe, il m’a dit que nous devons nous assurer que l’Inde… », continue-t-il avant de s’interrompre. La suite ne sera pas connue, les deux présidents étant invités chez se rendre plutôt à l’intérieur pour continuer la réflexion, à l’abri un ensemble de caméras. Un malaise au niveau diplomatiqueDepuis cet échange, les autorités émiraties se montrent assez gênées, surtout qu’Emmanuel Macron met visiblement sur la doute leurs déclarations sur leurs possibilités de produire plus de pétrole. Le ministre de l’Énergie Suhail Al Mazrouei a même ressenti le besoin de réagir officiellement pour réaffirmer cette positions d’Abu Dhabi. « À la lumière des récents reportages dans les médias, je voudrais préciser que les Émirats arabes unis produisent près de notre capacité de production maximale sur la base de leur production de base actuelle de l’OPEP+ par laquelle ces Émirats arabes unis se sont engagés jusqu’à la fin de l’accord », écrit-il. L’incident met aussi dans l’embarras les partenaires américains et saoudiens. Mi-juillet, Joe Biden y voyagera afin de discuter notamment pétrole. Des négociations un guère forcées à cause de contexte ukrainien vu que le président américain désignait auparavant l’Arabie saoudite comme un État « paria ». L’intervention d’Emmanuel Macron n’est sûrement point pour détendre l’atmosphère déjà tendue entre eux. La question maintenant, c’est de savoir si Emmanuel Macron l’a fait exprès ou pas. A-t-il vraiment fait la boulette, ou était-ce voulu? Pour le journaliste indépendant Élie Guckert, travaillant notamment parmi Conspiracy Watch & Mediapart, le président français « macrone » avec une « diplomatie de ce malaise ». « Le storytelling en guise relatives au politique internationale, grace à retour de bâton systématique », écrit-il. Quant à Gérard Araud, ex-ambassadeur de France aux USA, tout cela ne serait le fruit sommaire d’une erreur d’attention. « Je pense qu’Emmanuel Macron n’a pas vu qu’on l’écoutait. Il n’avait aucun intérêt à dire ça devant la majorité des caméras. Il domine été surpris », estime-t-il auprès de BFMTV.