© BelgaImageL’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe est mort ce vendredi à l’âge de 67 ans. Il avait été agressé par balle plus tôt dans la journée en plein meeting électoral à Nara (ouest). Une attaque qui a suscité une vive émotion chez les dirigeants internationaux. Que s’est-il passé? L’ancien chef de l’exécutif, âgé du 67 ans, prononçait un discours sur la fin de matinée près d’une gare à Nara lors d’un rassemblement relatives au campagne électorale sous vue des élections sénatoriales de dimanche, lorsque des coups de feu ont été entendus, ont indiqué la chaîne nationale NHK et l’agence de presse Kyodo. Un homme d’une quarantaine d’années a été désarmé et arrêté, selon la NHK, citant des sources policières. Selon plusieurs médias locaux, le suspect serait un Japonais de 41 ans ayant par le passé appartenu à la Force maritime d’autodéfense japonaise, la marine nippone. Il an utilisé une arme artisanale avec laquelle il a fait feu à deux reprises. M. Abe  » prononçait un discours et un homme est arrivé par derrière « , a déclaré à NHK une jeune femme présente sur les lieux.  » Le premier tir a fait ce bruit d’un jouet. Il n’est pas tombé et il y an eu une grosse détonation. Le deuxième tir était plus visible, on pouvait voir l’étincelle et de la fumée « , a-t-elle ajouté.  » Après le deuxième tir, des gens l’ont entouré et lui ont fait un massage cardiaque « , a-t-elle encore témoigné. M. Abe s’est effondré & saignait du cou, a déclaré notre source du Parti libéral-démocrate (PLD, droite nationaliste au pouvoir) à l’agence touchant à presse Jiji. Les premières informations officielles du ministère japonais de Affaires intérieures confirment un impact du côté droit de la nuque. Des responsables locaux du PLD ont précisé n’avoir reçu aucune menace avant l’attaque et que cette prise de parole dans M. Abe avait été annoncée publiquement. En poste jusqu’en 2020Ancien chef de Parti libéral démocrate, Shinzo Abe a été le Premier voyageur japonais à être resté le plus longtemps au pouvoir. Il a été de poste en 2006 pour un période, puis de nouveau de 2012 dans 2020, date chez laquelle il avait été contraint pour obtenir démissionner pour des raisons de santé. Le Japon dispose au sein de l’une des législations les plus strictes au monde en matière de contrôle des armes à feu, et le nombre annuel de décès par de telles armes dans le pays de 125 millions d’habitants se révèle être extrêmement faible. L’obtention d’un permis concernant le port d’arme se trouve être un processus long et compliqué, même pour les citoyens japonais, qui doivent d’abord obtenir la recommandation d’une association de tir, puis se soumettre parmi de stricts contrôles de police.