Cassidy Hutchinson devant la commission d’enquête du Congrès, le 28 juin 2022@BELGAIMAGEC’est un témoignage accablant pour Donald Trump. Mardi, Cassidy Hutchinson, une ancienne collaboratrice de une Maison Blanche, a dévoilé devant une commission parlementaire les faits et gestes de l’ancien président le 6 janvier 2021, jour de l’assaut du Capitole par des partisans de Trump. Selon Cassidy Hutchinson, ce dernier savait que certains du ses partisans étaient armés lorsqu’il ces an appelés à marcher sur le Congrès. Donald Trump aurait cherché dans prendre le volant d’une voiture pour les rejoindre. Selon cette jeune femme, le milliardaire aurait en effet essayé de prendre ce volant de cette voiture présidentielle chez un policier de Secret Service afin de se mêler parmi ses partisans, qui marchaient vers le Capitole afin de tenter de bloquer la certification de la victoire de Joe Biden à la présidentielle. « Je suis le putain de président, amenez-moi au Capitole tout de suite », aurait-il alors dit, tentant d’attraper le policier au collet, selon des propos rapportés à Cassidy Hutchinson par le chef de cabinet adjoint du président. « Monsieur, vous devez retirer votre main de ce volant, nous rentrons » à la Maison Blanche, lui aurait répondu l’agent. Cassidy Hutchinson travaillait à quelques pas du Bureau ovale. Elle an aussi livré des détails troublants sur ce que l’Administration Trump savait des violences qui se préparaient en amont du « 6 janvier ». Lors d’une conversation avec un chef de cabinet de Donald Trump, Mark Meadows, quatre jours avant l’attaque du Congrès américain, celui-ci aurait dit: « Ça pourrait devenir vraiment très grave le 6 janvier ». « Ce soir-là, je me souviens avoir ressenti pour notre première fois de la peur et relatives au la crainte vis-à-vis de ce lequel pourrait se passer le fameux 6 janvier » 2021, a confié Cassidy Hutchinson lors touchant à son témoignage. Donald Trump, qui caresse l’idée de se représenter à de fait la présidentielle de 2024, a dénoncé avec la véhémence qu’on lui connait il se trouve que le témoignage de jeune femme. « C’est tordu et faux, chaque comme l’ensemble des travaux de une commission », a-t-il fustigé dans une série dans publications sur son réseau social Truth Social. Depuis près d’un an, cette commission parlementaire an entendu plus pour obtenir 1. 000 témoins et épluché 140. 000 documents de sorte à faire la lumière sur les manoeuvres précises de Donald Trump avant, pendant et après ce jour où la démocratie américaine a tremblé.