La Bourse de Paris baissait vendredi (-0, 65%) après une ouverture prudente et observait la chute accrue de l’euro, encore plus proche de la parité avec le dollar. L’indice vedette CAC 40 perdait 39, 41 points peu après 10H30, repassant sous une barre symbolique des 6. 000 centre à 5. 967, 18 points, dépassée la veille. Une monnaie unique européenne, au plus bas depuis 20 ans, continuait sa chute, et perdait 0, 62% à 1, 0098 dollar vers 08H30 GMT. Cette devise est plombée depuis plusieurs semaines par les craintes concernant une possible récession en Europe et une politique monétaire européenne plus modérée qu’aux Etats-Unis. « Le gaz naturel va amener l’euro sous la parité, quelle que soit la réaction de la Banque centrale européenne (BCE) », estime Derek Halpenny, analyste chez MUFG.

L’euro pénalise la bourse de Paris

Le contexte demeure tendu en Terre, sur fond d’inflation et de hausse des prix de l’énergie alimentée par les tensions autour de l’approvisionnement en gaz de l’Allemagne. La situation préoccupante dans la première économie européenne pourrait être un facteur du déstabilisation des marchés alors qu’entreprises et municipalités se préparent à prendre des mesures restrictives outre-Rhin de crainte d’une pénurie de gaz dans le pays. Les marchés sont également dans l’attente vendredi des résultats du chômage aux États-Unis. A priori à la baisse, ces chiffres devraient conforter la Réserve fédérale américaine dans sa décision relatives au maintenir des taux hauts pour étouffer l’inflation.

La BCE contre l’inflation

La banque centrale européenne (BCE) a exhorté vendredi matin les banques de la zone euro à renforcer de toute urgence la prise sur la compte des risques climatiques dans leur stratégie, selon les résultats du premier test de résistance réalisé par l’institution. Ils révèlent que « deux tiers des revenus » des établissements sont liés à un ensemble de activités polluantes. Près de 13 milliards prévus pour racheter EDF Électricité, brouillard : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne EDF montait de 5, 06% à 9, 51 euros, toujours soutenu pendant l’annonce de sa renationalisation.

Jeudi, ce ministre français touchant à l’Economie a déclaré que le gouvernement prévoyait de mobiliser 12, 7 milliards d’euros pour cette opération. Acquisition à cette FDJLa Française un ensemble de Jeux (FDJ) est en négociations exclusives pour racheter l’entreprise Aleda, spécialiste de nombreuses solutions d’encaissement afin de les buralistes & les points dans vente de presse qui distribuent ses billets de loterie. Le titre perdait 1, 17% à 31, 14 euros.