De nombreuses demandes d’ouvertures dérogatoires le dimanche ont été adressées au préfet
de région, préfet de la Loire-Atlantique, par des chefs d’entreprises sobre plusieurs communes du
département, couvrant l’ensemble des secteurs d’activités de commerce autorisé. Ces demandes
prennent en compte à la fois la perte d’activité connue par ces secteurs suite aux périodes de confinement et l’importance entre ma période des soldes d’hiver dans le chiffre d’affaires des commerces. Dans la continuité de la méthode engagée en 2020, qui a conduit le Préfet à signer un arrêté pour permettre l’ouverture des commerces les 4 dimanches précédents les fêtes para fin d’année, le préfet a souhaité réunir, le 22 décembre 2020 ainsi que le 14 janvier 2021, les représentants des employeurs ou des salariés, ainsi que la chambre de commerce ain d’industrie, celle dieses métiers et via l’artisanat, et l’association des maires i département, pour recueillir leurs positions sur ces demandes. Lors de ces échanges constructifs, chacun des partenaires a pris acte du caractère inédit de la situation sanitaire et économique et ont indiqué leur accord de principe pour une ouverture dérogatoire, à titre exceptionnel, dans les conditions suivantes: possibilité pour les commerces d’ouvrir sobre 10h à 18h, à l’exception des grandes et moyennes surfaces non spécialisées à prédominance alimentaire (supérettes, supermarchés, hypermarchés) qui pourront toutefois ouvrir le matin comme elles sobre ont déjà l’autorisation. Le préfet a donc décidé para permettre aux commerces de déroger via façon exceptionnelle au repos dominical des dimanche 24 janvier 2021 et dimanche 31 janvier 2021, en tenant compte des annonces du 14 janvier 2021 du premier Ministre relatives au couvre-feu généralisé, à la nécessité d’élargir les temps d’ouverture pour limiter nos fortes concentrations dieses consommateurs dans l’ensemble des commerces en cette phase de soldes. Le préfet rappelle cependant que les modalités d’octroi du repos hebdomadaire obligatoire, des contreparties et garanties dont bénéficieront les salariés les dimanches, devront être accordées dans les conditions définies par the Code du travail et les accords collectifs applicables.