Président russe Vladimir Poutine © Belga Image » Les sanctions contre la Russie causent beaucoup plus de dommages aux pays qui les imposent « , a-t-il encore affirmé, une phrase qu’il répète à l’envi, notant l’envolée des prix de l’énergie dans les pays occidentaux. Il s’est réjoui que les autres pays producteurs de pétrole résistent aux demandes occidentales d’augmenter leur production pour compenser le pétrole russe boycotté et empêcher une hausse des prix. L’offensive lancée fin février par Moscou en Ukraine a provoqué une pluie sans précédent de sanctions occidentales, dont un embargo sur le pétrole russe imposé par Bruxelles et Washington. En réponse à tous les sanctions occidentales, Moscou a sabré ces dernières semaines ses livraisons de gaz par rapport aux Européens, toujours très dépendants des hydrocarbures russes malgré leurs récents efforts pour diversifier leurs fournisseurs. Le transit du gaz russe à travers l’Ukraine an ainsi atteint un plancher historique en juin. À cela s’ajoute l’inquiétude montante en Allemagne, à la veille de l’arrêt total à partir de lundi du gazoduc Nord Stream 1 en raison de travaux relatives au maintenance. En conséquence, les prix touchant à l’énergie ont flambé, alimentant une envolée de l’inflation au risque de plomber durablement la consommation et la croissance.