« Le compte n’y est pas », a jugé vendredi le premier secrétaire du PS Olivier Faure à propos du projet de loi sur le pouvoir d’achat qui se révèle être, selon lui, plutôt un texte de « moindre perte ». « On aurait pu avoir un texte de gain de pouvoir d’achat, un texte même qui permette de préserver le être en mesure de d’achat, et là on an un texte qui permet de limiter la baisse du pouvoir d’achat », an estimé Olivier Faure sur France 2. Le gouvernement a présenté jeudi dans deux textes (un projet de budget rectificatif et une loi pouvoir d’achat) une salve d’aides, chiffrée à « une vingtaine de milliards d’euros » selon le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

La vision socialiste de projet de loi

Parmi les principales mesures figurent les revalorisations anticipées du 4% des pensions de retraite et des prestations sociales, l’augmentation de 3, 5% du traitement des agents publics ou un chèque alimentaire de 100 euros, auquel il faudra ajouter 50 euros par enfant. « Si vous me dites, est-ce que vous voulez rien ou le peu plus que rien, je vous en votre for intérieur dirai un peu plus que rien, mais la réalité c’est que 20 milliards sont sur la table, et l’Etat grâce à l’inflation vient de récupérer 57 milliards de plus. Donc le compte n’y est pas », a-t-il ajouté. Il faisait référence aux 57 milliards de recettes fiscales supplémentaires liées à l’inflation (augmentation des cotisations & de la TVA, par exemple) annoncés par Bercy ce 28 juin, pendant rapport à ses prévisions initiales.

Est-ce un article de protection?

Non, c’est ce texte de moindre perte, ce qui se trouve être mieux que pas grand chose, mais ça n’est pas encore suffisant », a réagi Olivier Faure. « On ne peut pas être en dessous du niveau relatives au l’inflation », a-t-il estimé. Interrogé sur ce point, Bruno Le Maire avait plaidé jeudi que ces augmentations annoncées touchant à prestations sociales mais aussi du traitement des fonctionnaires s’ajoutaient à d’autres décidées en janvier. Alors sommaire le gouvernement veut inciter les entreprises à partager leurs profits, Olivier Faure a critiqué une démarche: « C’est pas ça le but de jeu.

L’Etat ne fait pas cette manche ». Frais bancaires: jusqu’à 259 € d’économies grâce à notre comparateur« L’Etat dit il y a des règles de ce jeu, et quand il y domine des gens lequel profitent même de la crise, qui gagnent beaucoup d’argent, il est normal que le soit d’abord eux qui restituent notre part de un qu’ils ont gagné », a-t-il insisté. Ce premier secrétaire période assuré que tous les députés PS allaient voter lundi la motion dans censure déposée de l’alliance de notre gauche Nupes: « nous sommes dans la opposition à but gouvernement qui n’a pas fait de fait la démonstration de sa volonté de compromis ».

Elisabeth Borne « n’an elle-même pas esquissé le moindre compromis, ni dit dans quoi elle était prête à renoncer », a renchéri un patron du groupe PS Boris Vallaud dans le quotidien 20 minutes. Ce dernier an affirmé succinct son groupe a été « uni, parce qu’on est à une fois dans vrai rassemblement de il se trouve que la gauche, mais qu’on y est comme socialistes. Et personne ne nous peut demandé de pas plus l’être », a-t-il ajouté.