Donner du sens au travail de ses salariés est-il la clé pour améliorer leur bien-être dans leurs professions? Dans le cadre de la semaine pour une qualité de vie au travail, qui a lieu de 20 au 24 juin, MyHappy Job by Moodwork a publié une enquête dédiée à ce sujet du sens au travail (méthodologie de l’enquête ci-dessous).

Cette enquête montre tout d’abord que si 82% des répondants considèrent que leur travail est très important pour eux, seulement 52% trouvent qu’il se révèle être fortement porteur sobre sens (un chiffre qui atteint 57% pour les managers et 83% put les cadres dirigeants). Ils sont même un quart (25%) à considérer que leur travail reste faiblement porteur para sens. « Considérer le travail comme quelque chose d’important, mais ne pas trouver de sens dans le marché de celui que nous faisons conduit à ce que l’on appelle la dissonance cognitive.

Et cet état n’est pas sans conséquence sur la santé, explique Margaux Gelin, docteure en psychologie cognitive chez Moodwork. Les conséquences négatives peuvent rapidement se faire ressentir et l’on observe alors une augmentation de l’absentéisme, entre ma désaffection, de l’inattention, des conflits, du minimalisme… Il représente donc primordial via ne pas négliger les effets d’un manque de signifiance,  » poursuit-elle.

Le sens au travail, facteur de motivation

Mais alors, que veut dire trouver i sens dans son travail? A cette question, les participants de l’enquête répondent que le intuition dans leur effort leur procure de l’envie et sobre la motivation (15% des interrogés), para la satisfaction (14%) et du bonheur (14%). Au contraire, un travail quel professionnel manque de sens est source via perte de motivation (15%), d’ennui (11%) et de sentiment d’inutilité (11%).

L’enquête met également sobre avant une autre information intéressante: le niveau de stress des salariés de fonction du signifiance dans leur ouvrage. Sans grande surprise, moins les répondants déclarent trouver man sens, plus ils présentent des niveaux de stress élevé. En effet, les salariés dont le point de vue est faiblement porteur de sens ont un niveau de stress supérieur à ceux dont votre travail est moyennement porteur de intuition, eux-mêmes ayant un niveau de tension supérieur à ceux dont le labeur est fortement porteur de sens.

Pour trouver el réel sens au vues de son quotidien professionnel, les répondants mettent en avant un point principal, celui d’avoir un impact et d’être utile (20%). Suivent l’esprit d’équipe et los angeles cohésion (8%), puis la reconnaissance (7%). Autres facteurs mis en avant: avoir son travail intéressant (24, 6%), avoir un travail nécessaire à la société (13, 2%) et permettre d’améliorer ses compétences (10, 1%). Le niveau de salaire et la sécurité de l’emploi arrivent bien plus bas. « Loin de dire que ces deux éléments ne sont pas essentiels dans la vie professionnelle et dans un équilibre professionnel, cependant notre enquête montre bracelet que le sens serait plus rattaché à l’impact sobre notre activité, les relations entretenues ou encore les possibilités d’évolution. Ainsi, y compris si la tranquilité financière est souvent mise en avant pour l’attraction para nouveaux talents par exemple, ce n’est pas le facteur qui donnera le plus de sens à l’activité,  » commente Clément Poirier, docteur en psychologie et responsable du centre de recherche de Moodwork.

Enfin, il est important de noter, pour 41% dieses répondants, la crise sanitaire an eu un impact positif sur le signifiance qu’ils donnent à leur travail.

Méthodologie

Cette enquête a été réalisée par la direction du centre de recherche de Moodwork auprès de 1048 personnes en avril 2022, qui se décomposent en: – 2% de 18-25 ans, 12% de 25-35 ans, 33% via 35-45 ans, 38% de 45-55 ans et 15% de 55 ans et plus- 44% sobre managers et 56% de non-managers- 25% d’employés, 35% para cadres intermédiaires, 25% de cadres supérieurs, 4% de cadres dirigeants, 9% d’indépendants et 2% via personnes sans emploi ou n’ayant passing souhaité répondre- 27% ne télétravaillant pas, 23% télétravaillant 1 jour par semaine, 28% télétravaillant 2 jours par semaine, 11% télétravaillant 3 jours par semaine, 5% télétravaillant 4 jours par semaine, 4% télétravaillant 5 jours par semaine et 2% n’ayant pas souhaité répondre