Le président Biden dans une allocution, le 24 juin, suite à la décision de la Cour Suprême © Belga Image » L’accès à l’avortement sûr, légal et efficace est fermement enraciné dans le droit humain international et il est au coeur de l’autonomie des femmes et de leur capacité à faire leurs propres choix « , écrit Michelle Bachelet dans un communiqué, regrettant une décision  » qui est un recul majeur « .  » Cette décision arrache cette autonomie à des millions de femmes aux Etats-Unis, en particulier celles qui ont de faibles revenus et celles qui appartiennent aux minorités raciales et ethniques, au détriment du leurs droits fondamentaux « , a-t-elle souligné. Plus de 50 pays lequel étaient dotés relatives au lois restrictives ont assoupli leur législation sur l’avortement ces 25 dernières années, a rappelé l’ancienne présidente du Chili.  » La décision d’aujourd’hui éloigne les Etats-Unis de cette tendance progressiste « , a-t-elle regretté. La décision ne rend pas les interruptions de grossesse illégales mais renvoie les Etats-Unis à la situation en vigueur avant l’arrêt emblématique  » Roe v. Wade  » de 1973, quand chaque Etat était libre de les autoriser ou non. Plusieurs Etats américains ont d’ailleurs annoncé prendre des mesures pour interdire ces interruptions volontaires touchant à grossesse sur à eux territoire peu après l’annonce de la Cour. Ce président des Etats-Unis Joe Biden a déclaré vendredi que la décision dans la Cour suprême annulant le redevance à avorter a été une  » erreur tragique  » et le résultat d’une  » idéologie extrémiste « .  » La santé & la vie du public féminin de ce pays sont maintenant sur la danger « , a martelé le démocrate dans une allocution solennelle dans la foulée de l’arrêt historique, déplorant un  » triste jour  » pour l’Amérique, qui fait figure  » d’exception  » dans le monde. Il an appelé à poursuivre le combat pour obtenir manière  » pacifique  » mais aussi à défendre  » dans les urnes  » ce droit à l’avortement et toutes la majorité des autres  » libertés personnelles », à l’approche des législatives de mi-mandat qui s’annoncent difficiles pour son camp démocrate.